KAMISADO

Le but du jeu de KAMISADO est d’amener une de ses tours sur la rangée de base adverse. Les joueurs possèdent 8 tours avec chacune un caractère chinois de couleur différente. Les mêmes couleurs se retrouvent sur les cases du plateau. A son tour le joueur doit déplacer la tour dont la couleur du caractère correspond à la couleur de la case sur laquelle son adversaire s’est arrêté au coups précédent. Les tours se déplacent toujours vers l’avant, tout droit ou en diagonale, d’un nombre quelconque de cases sans pouvoir passer par dessus d’autres tours. Une partie se joue en plusieurs manches et les règles de base s’appliquent pour la première. Au cours des manches suivantes, les positions de départ vont changer et les tours qui auront atteint précédemment les premières lignes opposées vont devenir « sumo » avec des capacités autres.

KAMISADO me coupe cette sensation de liberté et de « total contrôle » que j’ai d’habitude en jouant aux jeux abstraits. Le principe d’imposer à son adversaire une seule pièce jouable par l’influence d’une case est fortement contraignant pour ne pas dire carrément frustrant. Certains apprécieront mais personnellement je suis moins fan. A mon grand bonheur ce principe est assez rare et KAMISADO me fait penser à d’autres jeux comme MANA, KAMON ou encore OUKOUN … La stratégie s’en retrouve fortement atténuée et il en reste un jeu surtout tactique, malgré tout très intéressant et agréable. Je vous conseille vivement de faire des parties en plusieurs manches car l’ajout de tours « sumos » augmente la subtilité tactique.

Côté matériel, c’est beau, propre et coloré et les tours sont même feutrées.

 Beau matériel. Aspect tactique riche.

 Le principe de la pièce jouable imposée est contraignant et atténu l’aspect stratégique.

Edition : Huch & friends 2010

 

This entry was posted in Ma ludothèque. Bookmark the permalink.

Comments are closed.